Vernissage de l’exposition Nicole Gaulier

exposition nicole gaulier

Exposition Nicole GAULIER

tableaux, verres bombés, céramiques
chaussures, parapluies… peints

Vernissage 15 juin 2017
de 17h à 21h

Exposition jusqu’au 29 juillet 2017 (du mardi au samedi de 14h à 19h)

Galerie Caroline CORRE
8, rue Charles-François Dupuis 75003 Paris

Publicités

Exposition des nouvelles sculptures d’Hélène de Saint Lager et des peintures récentes de Philippe de Croix

CARTON RECTO

PROFONDEURS ALEATOIRES 

 vernissage le mardi 6 octobre de 18h30 à 22 h

Prince & Princess Art Gallery

96 rue de Grenelle – 75007 Paris

 et/ou brunch

le dimanche 18 octobre de 12h à 16h

Exposition Nicole Gaulier et Françoise Delecroix du 2 au 11 octobre

 

 

Vernissage le 2 octobre à partir de 19h30

Espace Paul et André Vera, Saint-Germain-en-Laye

 

Scanner 23 sept. 2015 18.33

 

Nicole Gaulier Nicole Gaulier

 

Sa peinture est une longue narration, qui se poursuit horizontalement d’oeuvre en oeuvre. Les caractères sont gravés sur un rouleau, puis imprégnés de peinture acrylique.

Caractères qui peuvent être figuratifs, tels des arbres, ou bien des signes abstraits qu’elle peut nommer “africains” ou bien “pierre de Rosette”.

Puis elle imprime “son poème” sur la surface du tableau.

L’oeuvre peut être un verre bombé, dont elle recouvre la surface intérieure., ou bien une céramique autour de laquelle ses rouleaux ont laissé leurs empreintes.

Les couleurs sont vives, contrastées, joyeuses. Le noir est très présent et structure chacune de ses oeuvres.

L’unique, le multiple, sont sa grande préoccupation. L’identité, la différence, les affinités.

 

La démarche de Françoise Delecroix

Francoise delecroix

 

repose sur l’émergence des formes créée par la combinatoire des corps -des figures- dupliquées, ré-agencées pour donner naissance à de nouvelles unités biomorphes.

Partant de la figure humaine traitée en contour, le jeu des convergences/divergences offre une variété de combinaisons inépuisables.

« Les corps se fractionnent réduits à un réseau linéaire ou deviennent les emblèmes d’une mystérieuse sémiotique  »   .                                                                                     Lydia Harambourg